mercredi 24 février 2016

Film 01 : Le secret de Mamo (1978)

Titre Japonais : Rupan vs Kuron
Titre Italien : La pietra della saggezza (la pierre de la sagesse)

Durée : 103 mn
Réalisateur : Soji Yoshikawa
Scénario : Atsuchi Yamatoya, Soji Yoshikawa
Musique : Yuji Ohno

Sorti en France en VHS chez Super Vidéo production
et en DVD chez IDP

Couleur de veste : rouge

Casting :

Personnage
Doublage
Japonais
Premier doublage Français
(Cinema 1980)
Deuxième doublage Fr
(DVD 2005)
Lupin III Yasuo Yamada Marcel Guido
Philippe Ogouz
(Edgar)
Daisuke Jigen Kiyoshi Kobayashi Bernard Jourdain (pas sûr à 100%)
(Don Don)
Philippe Peythieux
Fujiko Mine Eiko Masuyama
Lily Baron
(Margot)
Catherine Lafond
(Magali)
Goemon Ishikawa Makio Inoue
Michel Papineschi
(Samouraï)
Jean Barney
Koichi Zenigata Gorou Naya
Richard Leblond
(Détective Ed Scott)
Patrick Messe
(Lacogne)
Mamo Akira Nishimura Denis Boileau Jean-Claude Sachot

Personnage Premier doublage Italien
(Cinema)
Deuxième doublage It
(Tv 1986)
Troisième doublage It
(VHS 1990)
Quatrième doublage It
(Tv 2005)
Lupin III Roberto Del Giudice Roberto Del Giudice Giorgio Melazzi Roberto Del Giudice
Daisuke Jigen Sandro Pellegrini Sandro Pellegrini Marco Balzarotti Sandro Pellegrini
Fujiko Mine Piera Vidale Alessandra Korompay Roberta Gallina Laurenti Alessandra Korompay
Goemon Ishikawa Vittorio Guerrieri Vittorio Guerrieri Flavio Arras Antonio Palumbo
Koichi Zenigata Enzo Consoli Enzo Consoli Maurizio Scattorin Rodolfo Bianchi
Mamoo Germano Longo Vittorio Di Prima Riccardo Peroni Ambrogio Colombo

Personnage Doublage US
HK dub
1978
Doublage US Streamline
1995
Doublage UK  Manga Entertainment
1996
Doublage US  Pioneer/Geneon
2003
Lupin III Inconnu Bob Bergen William Dufries  Tony Oliver
Daisuke Jigen Inconnu Steve Bulen Eric Meyers Richard Epcar
Fujiko Mine Inconnu Edie Mirman Toni Barry Michelle Ruff
Goemon Ishikawa Inconnu Kirk Thornton Garrick Hagon Lex Lang
Koichi Zenigata Inconnu David Povall Sean Barrett Dan Martin
Mamoo Inconnu Robert Axelrod  Allan Wenger Paul St. Peter

Résumé :
(d'après la jaquette IDP)

Quoi ? Lupin III, le célèbre cambrioleur, serait mort !
Loin de se fier à cette information, l'inspecteur Zenigata est bien décidé à suivre son instinct qui lui indique tout autre chose. Et il a bien raison car au plus profond d'une pyramide égyptienne, notre cher Lupin III s'apprête à passer à l'action. Secondé par ses acolytes Jigen et Goemon, il parvient à transmettre son butin à la belle Fujiko mais ignore qui est le véritable commanditaire de ce vol et quel est son dessein ?

Avis :
Par Indianagilles

Le film est merveilleusement construit, on ne s'ennuie pas une seule seconde ! Tout est là : de l'action, de l'humour, de l'émotion... et surtout un scénario extrêmement riche, varié et aux rebondissements surprenants !  Pour une fois le trésor n'est pas matériel puisque la pierre recherchée n'a pas de valeur en soit. Cette fois Lupin défie tout simplement Dieu et la mort ! Le film évoque également un sujet qui peut paraître banal aujourd'hui mais réellement novateur à l'époque : le clonage. On comprend mieux pourquoi Lupin est obligé d'en expliquer la signification à Jigen.
C'est également l'un des rares films où TOUS les personnages récurrents sont parfaitement exploités. Chacun a son moment de gloire et ses tirades cultes. Ils ont tous une fonction bien précise, à aucun moment on ne se dit que leur présence est facultative. C'est assez rare pour être souligné.
Si désirez savoir à quoi ressemble le manga de Lupin III, pas besoin d'y aller par quatre chemins : Le secret de Mamo est tout bonnement le Lupin qui lui est le plus fidèle. Exit le côté enfantin des séries TV et autres téléfilms, nous avons affaire ici à du pur Lupin pour adulte. On y retrouve ainsi l'esprit si étrange, quelque peu dérangeant, un peu salace et forcément décalé du manga. Nous avons droit ici à un véritable mix entre surnaturel, science fiction, film de James Bond (comme ce sera souvent le cas), série B, horreur, érotisme...
Ce qui frappera les néophytes de ce Lupin "mangaesque" seront tout d'abord les rapports des protagonistes, bien différents par rapport aux adaptations qui suivront. Ainsi, Lupin, Jigen et Goémon auront des frictions bien plus intenses qu'à l'accoutumé. Ils n'hésiteront pas à se rentrer violemment dans le lard et les tensions entre eux seront bien plus palpables. Leur amitié est là, mais on les sent bien plus individualistes et moins soudés. Ainsi, voir Goemon perdre aussi souvent son calme risque d'en surprendre plus d'un. L'entendre menacer Jigen encore plus ! Et pourtant, ces rapports tendus n'ont rien de surprenant pour celui qui a le bonheur de connaître la version papier de Lupin III.
Pour la seule et unique fois, Fujiko sera la véritable "Lupin's girl" d'un film ou téléfilm. Une fois n'est pas coutume, elle ne sera pas à la poursuite d'un quelconque trésor mais bel et bien à la recherche de la jeunesse éternelle afin de préserver à jamais sa divine beauté ! Si sa vanité n'a jamais semblé aussi grande, cette recherche est néanmoins contrasté par le fait que son désir n'a de but que de s'offrir éternellement à... Lupin. Alors que d'habitude, la petite peste ne songe qu'à rouler dans la farine son éternel soupirant, voilà qu'ici elle lui fait part d'une extraordinaire preuve d'amour qui ne manquera pas de surprendre le spectateur.
Même Zenigata est assez différent de celui que l'on a l'habitude de voir. S'il reste toujours aussi comique, il est également bien plus féroce que jamais. Cette fois, lorsqu'il apprend "la mort" de Lupin, il n'est pas peiné le moins du monde. Au contraire, il s'empresse d'aller vérifier la chose et d'achever son ennemi de toujours d'un pieux dans le cœur pour le cas où ! Il le dira et le répétera tout du long : tant qu'un Lupin respirera sur cette terre, il n'aura de cesse de lui courir après !
Bref, les personnages sont bien plus approfondis, possédant une personnalité bien plus sombre que celle habituellement proposée.
Pour en revenir à l'ambiance générale du film, on note un character design qui peut paraître assez grossier, voir brouillon mais surtout, directement issu du manga. Certains n'aimeront pas mais pour ma part je le trouve sublime et en parfaite adéquation avec l'univers de Monkey Punch. Le style sera repris avec moins de réussite dans les premiers téléfilms, au début des années 90.
Le film reflète un humour très adulte, parfois malsain, n'hésitant pas à sombrer dans la paillardise la plus complète ! Lupin est à deux doigts de violer Fujiko afin d'assouvir ses besoins les plus primaires. Il faut le voir défoncer à coup de hache l'épaisse porte en bois qui le sépare de Fujiko, se désapper plus vite qu'Arturo Brachetti et plonger sur elle tel un animal en rut ! Et lorsque Mamo fouillera dans le subconscient de Lupin, ce qu'il y trouvera ne sera pas politiquement correct, croyez-moi... !
Impossible de ne pas trouver le film "violent". Ce n'est pas comparable au téléfilm Walther P-38, très sanglant, car c'est tout simplement différent. Dans Le secret de Mamo, on y voit tout de même de parfaits innocents se faire mitrailler alors qu'ils sont tranquillement en train de boire à une terrasse de café ! Ça n'a l'air de rien mais ce genre de scène est très peu fréquente dans un dessin-animé. Et il n'est pas fréquent non plus d'y voir Goémon découper de son sabre, le visage de son adversaire... Ça a beau être montré de manière humoristique, c'est cinglant et très perturbant... dans le bon sens du terme.
Mais je ne vous ai pas encore parlé du grand méchant de ce film, Mamo. Sans aucun doute, c'est l'ennemi le plus grandiose qui ait jamais été opposé à Lupin. Comment faire mieux ? Lupin s'attaque tout simplement à "Dieu". Mamo est le plus grand mégalo de l'univers de Monkey Punch et il est terriblement charismatique. Ne vous fiez pas à son air repoussant, c'est l'être le plus dangereux que Lupin ait jamais pu croiser. Il est à noter que le second doublage français (celui d'IDP) fait perdre beaucoup de charisme à Mamo en le doublant avec une voix nasillarde, celle d'un gnome, le transformant presque en vulgaire méchant de seconde catégorie. Par contre, le premier doublage de 1980 ne pouvait lui rendre plus justice. En effet, sa voix fait inévitablement penser à celle de Fantomas, dont Mamo semble quelque peu inspiré. Sa soif de contrôler le monde, ce visage inhumain, cette froide cruauté envers ses ennemis... Du coup, le film gagne énormément à être vu avec son premier doublage français.  Mais nous en reparlerons en détails par la suite.
La musique de Yuji Ono, la même que la seconde série, fait des merveilles et enfonce définitivement le clou. Ce coup d'essai est tout simplement un coup de maître. C'est sans appel : Mamo est bien le meilleur film jamais réalisé sur Lupin III. Injustement obscurcit par le sur-côté Chateau de Cagliostro dopé par l'aura du maître Miyazaki, Mamo et son secret méritent plus qu'une réhabilitation. Impossible de nier que jamais le véritable Lupin n'aura été si bien retranscrit en animé. Pas étonnant que Monkey Punch lui-même soit si attaché à ce film...

Par Xanatos pour Planète jeunesse (avec son aimable autorisation)

"Le Secret de Mamo" est le tout premier long métrage animé cinématographique de Lupin III et il est sorti au Japon en 1978. Bien que ce film ait une animation de bien meilleure qualité que celle des deux premières séries télévisées, la réalisation technique globale n'est pas aussi soignée que celle du deuxième film "Le Château de Cagliostro", le futur chef-d’œuvre de Miyazaki qui sortira un an plus tard. Le graphisme est à la fois rétro et caricatural, il est néanmoins extrêmement proche du trait du mangaka Monkey Punch. Ce film est également la première adaptation animée de Lupin III à être sorti en France au cinéma en 1980. La version française d'origine avait une traduction très fidèle et ses dialogues étaient très crus, fait rare en ce temps là. Dans cette première VF, le générique de début est un montage composé d'extraits du film, cependant le thème musical de la série a été gardé. Quant au générique de fin, il est sur fond noir et reprend la chanson "Planet O" qui est le générique italien de la première série télévisée. De plus, de tous les dessins animés de Lupin III sortis en France, le premier doublage de ce film est le seul où le héros a pu conserver son nom d'origine. C'était avant que le nom de Lupin III ne pose des problèmes juridiques, Monkey Punch n'ayant pas demandé la permission d'utiliser le nom de Lupin aux héritiers de Maurice Leblanc, le personnage dut être rebaptisé en France et eut plusieurs patronymes différents (Vidocq, Edgar, Wolf, Lupan...)

Pour sa réedition en DVD en 2005, IDP a donc redoublé le film avec le même casting que pour les autres long métrages et la première série télévisée sortis chez l'éditeur avec les noms français de la deuxième série TV (connue chez nous sous le nom de "Edgar le détective cambrioleur"). Ce deuxième doublage est d'excellente qualité et IDP s'est donné la peine de réengager Philippe Ogouz et Catherine Lafond dans les rôles d'Edgar et Magali (ils avaient déjà doublé ces deux personnages dans la deuxième série TV il y a plus de vingt ans) et a confié les rôles de Jigen, Goemon et Lacogne à des pointures du doublage. Dans cette deuxième version française, les génériques originaux japonais de début et de fin ont été conservés.
"Le Secret de Mamo" est l'une des adaptations animées les plus fidèles et l'une des plus sombres du manga original. Ainsi, les personnages principaux sont moralement très ambigus et les ennemis de nos héros sont prêts à tout pour les abattre, même si pour cela ils doivent commettre des "dommages collatéraux" et les innocents périssent par dizaines lors de certains duels. Il y a également quelques scènes teintées d'érotisme dans lesquelles Magali n'est pas avare de ses charmes. D'ailleurs Edgar se comporte comme un véritable obsédé sexuel à maintes reprises au cours du récit, alors que cette facette de sa personnalité a été fortement atténué dans les séries télévisées où il agissait plus comme un dragueur invétéré et non comme un pervers.

Le scénario est bien construit et il marie habilement ésotérisme et science à un humour débridé propre à Monkey Punch. Il est truffé de références à l'histoire, à l'art et à la science. Il traite également de thèmes avant-gardistes pour l'époque tels que le clonage (rappelons que ce film fut réalisé dix huit ans avant que Dolly, le premier mammifère cloné ne voit le jour). Il y a aussi de savoureux clins d'oeil à de grands classiques du cinéma dans l'intrigue. Par exemple, la scène où Edgar, Jigen et Goemon se font pourchasser par un camion gigantesque fait fortement penser à "Duel" le premier film de Steven Spielberg. Le personnage de Mamo lui même est en partie basé sur Swan (interprété par Paul Williams), le méchant du film "Phantom of the Paradise" réalisé par Brian de Palma.

Citations :
(tirées du premier doublage français)

"Ah le bandit ! Le salopard ! Oh c'est bien lui le vrai de vrai ! Il est donc vivant, plus vivant que jamais ! Ahahahah ! Je ne mourais pas avant de l'avoir coincé ! Jamais je ne renoncerai ! Je te poursuivrai jusqu'en enfer et je graverai mon nom sur chacun de tes os pourris !" Zenigata

"C'était un jeu d'enfant. Lupin n'est qu'une marionnette dans mes mains" Fujiko

"Une fois de plus, je supprime une invention anti-écologique" Goemon

"Ce que je répugne chez toi, ce sont tes instincts secrets et tes intentions indescentes" Goemon

"Ta gueule l'hysterico-Kung-fu !" Jigen

"Ah c'est comme ça que vous appliquez la démocratie ? Dans ce cas, j'ai des nouvelles pour vous ! J'ai toujours été un fan de Marylin Monroe et d'Humphrey Bogart mais c'est terminé !" Jigen

"Seul Dieu ou un demeuré total peut avoir un tel subconscient !" Mamo

"C'est fou ce que t'es misogyne ! Ton cas est désespéré !" Lupin III

"Vous allez maintenant apprendre ce qu'il en coute de contrarier la volonté de Dieu !" Mamo

"Et alors ? Même si tu devais mourir cent fois, c'est le cadet de mes soucis ! Ce qui compte pour moi c'est que tant qu'il restera un homme du nom de Lupin, je le poursuivrai jour et nuit !" Zenigata


Anecdotes :

-En 1980, le film connut les honneurs d'une sortie en France au cinéma tout simplement sous le nom de "Lupin III".  Ce fut le seul film de Lupin III a sortir chez nous dans les salles obscures.
-Le Secret de Mamo connut en France deux doublages différents. Le premier date de 1980 pour la version Cinéma et ce fut la seule et unique fois où Lupin III fut appelé par son véritable nom dans une version Française car il fut doublé avant les problèmes juridiques opposant Monkey Punch avec les héritiers de Maurice Leblanc. Ce doublage est basé sur la version américaine qui avait changé tous les noms sauf celui de Lupin.
Le second doublage date de 2005 et fut réalisé par IDP avec une partie de l'excellent casting d'origine de la seconde série.
-Deux doublages différents pour "Le secret de Mamo" et  trois pour le film "Le Chateau de Cagliostro" en France ne constituent en rien un record : le premier long métrage de Lupin III connu aux USA ainsi qu'en Italie quatre doublages différents !
Aux USA, le film a d'abord été doublé en 1978 chez Japan Airlines (pour le diffuser durant les voyages en avion), en 1995 chez Streemline Dub, en 1996 chez Manga Vidéo et enfin en 2003 chez Pioneer/Geneon.
Si la dernière version Italienne possède son casting mythique, l'adaptation a malheureusement était faite sur la traduction très discutable d'une des dernières versions Américaine contrairement aux précédents doublages. Roberto Del Giudice (Lupin) et Sandro Pellegrini (Jigen) ont participé au premier, second et quatrième doublage ! A noter que le second doublage est incomplet car basé sur une version censurée.
-Il existe un Mamo dans la 1ere série, mais il n'a absolument rien à voir avec celui de ce film.
-On apprends dans ce film que Zenigata est non seulement marié mais également... papa ! D'une fille !
-Au Japon, lors de sa sortie au cinéma, le film était accompagné du pilote inédit de 1969. Il a engrangé plus d'un milliard de Yens.
-Plusieurs peintures sont représentée dans ce film rendant divers hommages à Salvador Dalì, Maurits Cornelis Escher, Giorgio De Chirico, Pierre-Auguste Renoir, Don Eddy  ainsi que Michelange.
-La scène où Lupin et Jigen sont poursuivi par un camion est un hommage au "Duel" de Steven Spielberg. La chute du camion est en tout point identique à l'original.
-Mamo est en parti inspiré de Swan, le méchant du film "Phantom of Paradise" de Brian De Palma.
-On peut apercevoir un des personnages lire un manga de Lupin III. Ce dernier se retrouve entourer par les super héros de la maison DC.
-Mamo utilise le pseudonyme de Foward Fughes qui est clairement un clin d’œil au milliardaire et réalisateur américain Howard Hughes.

Les éditions françaises :

  •   Le film s'appelle tout simplement "Lupin III". Il s'agit de la version cinéma avec le 1er et mythique premier doublage français. Bien que l'on pense que Super Video Production ait édité la VHS dès 1981, il existe pourtant un mystère à ce sujet : en effet, d'après la date sur l'étiquette de la VHS, elle aurait été distribuée en 1987 ! Soit bien après les problèmes de droits qui ont amené le changement de nom de Lupin ! Le boitier est blanc, la VHS est bleue mais il existe également des VHS noire mais sans aucune date inscrite... (merci à Veggie 11 pour le scan et les infos à ce sujet)

  • Édité en DVD par IDP en 2005, il comprend le second doublage spécialement réalisé à cette occasion. L'édition comprend un fourreau cartonné avec personnages en relief du plus bel effet. Pas de bonus malheureusement si ce n'est des bandes annonces IDP.




Éditions Italiennes :

  • Cette édition propose le troisième doublage italien avec la voix de Giorgio Melazzi sur Lupin plus connu pour doubler l'inspecteur Gadget en Italien. Bien que de qualité, il ne comporte aucun comédien habituel Italien et par ce fait demeure finalement peu apprécié par les fans. Lors de l'édition de ce DVD, c'était le seul doublage intégral disponible, ce qui explique sans doute le choix discutable de Yamato de le choisir plutôt qu'un autre.
  • 1ere édition vendue en Kiosque. Le doublage Italien est celui censuré de 1986 pour la télévision avec cette fois des voix plus conformes aux oreilles des Italiens. Mais le montage est du coup terriblement censuré.
 


  • 2eme édition kiosque parue le 08/05/09. C'est une réplique de l'édition Yamato et comprend donc le 3eme doublage avec la voix de Melazzi. L'emballage cartonné est assez fragile. Un petit livret est inclus.



  • Édition sortie pour les 30 ans du film. Cette édition collector comprend enfin le premier doublage historique italien de 1979 que l'on pensait perdu, ainsi que l'habituel 3eme doublage tant contesté. Ce premier doublage de qualité prend de nombreuses libertés et l'on peut noter que tous les personnages possèdent déjà leurs noms originaux. Le générique Planet O est mis en bonus. Cette édition est ressortie également dans une superbe version Blu-ray.

  • Le 4eme et dernier doublage, diffusé uniquement à la télé en 2008 dans une version censuré (la scène de douche de Fujiko ou la scène des images psychédéliques avec Fujiko nue sont comme d'habitude coupées mais pas que), reste donc à ce jour inédit. Il aurait été cela dit doublé intégralement mais cela me semble peu probable. Si c'était le cas, il pourrait bien ressortir un de ces jour.  A noter que ce 4eme doublage est calqué mot pour mot sur le 3eme doublage anglais et du coup n'est pas considéré comme très bon. Si on excepte les voix historiques, c'est sans doute même le moins bon de tous. Pour la diffusion de ce doublage, le film a été coupé en quatre comme pour quatre épisodes de la série qui se suivraient.



Repack HD inédit :
Vous pouvez retrouver un repack HD 1080p du film avec son doublage français d'origine à cette adresse :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire